Plaques de muselet

La plaque de muselet est, aujourd’hui, bien connue et connaît, depuis des années, un engouement qui ne se dément pas. Les collectionneurs, placomusophiles, sont désormais nombreux et nous les retrouvons également sur Internet au travers de sites dédiés et même de forums.

Quand à la plaque de muselet elle-même, sont utilisation remonte à la fin du XIXe siècle bien que sa conception soit attribué à Adolphe Jacquesson qui en aurait déposé le brevet en 1844. Son usage ne se généralise cependant pas dès cette époque et les maisons de champagnes continuent de recourir au bouchage à la ficelle. La ficelle était disposée en croix et certaines maisons vont continuer à utiliser cette méthode jusqu’au début du XXe siècle.

Néanmoins, à partir de 1880, l’utilisation du muselet, et donc de la plaque de muselet s’impose et se généralise. La plaque de muselet n’est alors qu’un objet utilitaire destinée à protéger le bouchon. La pression dans une bouteille de champagne étant élevée, le muselet seul pourrait endommager le bouchon. Pour la petite histoire, il semblerait que, lorsqu’un bouchon de champagne saute d’une bouteille il se déplace à la vitesse moyenne de 40 km/h.

Pendant des années, la plaque de muselet va rester simple et peu décorée mais ce n’est pas pour autant que les plaques anciennes sont inintéressantes, bien au contraire. Il y a les plaques de muselet qui sont marquées, par reliefs, et qui comportent soit la mention « champagne », soit, plus rarement, la mention de la ville de production. Ces capsules génériques arborent également, assez communément, une étoile ou la Comète de Halley (symbole de la champagne). Il existe également des modèles plus spéciaux et il est à noter que les capsules anciennes avaient, avant 1960 ; des encoches plus marquées. Certaines, au début du XXe siècle, comportaient parfois un trou, rond ou carré. Elles étaient conçues pour que la bouteille puisse, tête en bas, être fixée sur une fontaine à champagne.

Bien sûr l’usage de la plaque de muselet ne s’est pas limité à la Champagne et la plaque générique, anonyme (comme celle montrée en début d’article), est utilisée dans d’autres vignobles. Elle reste en usage répandu.

L’apparition de nombreux décors spécifiques n’existe que depuis une trentaine d’année et la diversité des plaques de muselet est grande et n’a de cesse de s’étendre (en Champagne et ailleurs). Les Champagnes DS ne font pas exception puisque nos plaques de muselet sont frappés de la tête de lion qui est notre emblème. Aujourd’hui, nous n’avons encore qu’une seule plaque de muselet pour toute notre gamme mais nous songeons à diversifier les modèles.

Une dernière chose, comme tout ce qui connaît un certain succès, la plaque de muselet est aussi victime de la contrefaçon et il faut désormais se méfier.

En attendant, si vous souhaitez en savoir plus nous vous conseillons le livre de Frédérique Crestin Billet, La folie des plaques de champagne, éditée en 2003 par Flamarion.

 

(Visited 16 times, 1 visits today)

1 commentaire

  1. Elia Rustignoli 18 décembre 2013 à 22:35

    come mai la vostra placa de muselettea non è inserita sul catalogo francese di mr. Lambert?

    Répondre
  2. Elia Rustignoli 18 décembre 2013 à 22:37

    perchè la vostra capsula non è inserita sul catalogo delle capsule francesi del signor Lambert?

    Répondre
  3. Moon 23 décembre 2013 à 07:16

    Bonjour
    C’est à monsieur Lambert qu’il faut poser la question. En attendant, bonnes fêtes.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *