Champagne, défense de l’appellation

On me rappelait il y a peu que le champagne bénéficiait d’une véritable notoriété, célébrité associée aux personnages de renom et aux arts ; j’y reviendrai dans un autre article. C’est très juste mais il est assez compliqué d’en faire le tri et cette idée m’a conduit à me pencher sur la défense de l’appellation « Champagne ». En effet, le champagne est, depuis longtemps, victime de son succès et il fût imité tandis que son nom était associé à d’autres produits, parfois de façon très abusive ou surprenante. Beaucoup de monde ont encore en mémoire la « méthode champenoise » mais ce type d’appellation appartient désormais très largement au passé.

En effet, depuis le milieu des années 1980, la champagne s’est lancée dans une défense systématique de son appellation afin d’éviter de voir celle-ci associée à des produits qui dégraderaient son image. Pour ce faire, elle s’appuie sur la loi du 2 juillet 1990.

Extrait de la loi du 2 juillet 1990

 » Le nom géographique qui constitue l’appellation d’origine ou toute autre mention l’évoquant ne peuvent être employés pour aucun produit similaire ni pour aucun autre produit ou service lorsque cette utilisation est susceptible de détourner ou d’affaiblir la notoriété de l’appellation »

Le premier grand succès est survenus en 1993 à la suite d’une décision qui interdit à Yves Saint Laurent d’utiliser le nom « champagne » pour un parfum. L’attention du comité champagne ne s’est depuis plus relâché et la notoriété propre au Champagne est ainsi assurée face aux abus du privé.

Mais l’effort principal s’est exercé à l’encontre des vins pétillants et d’abord au niveau national. Les efforts de la région pour défendre son image exclusive n’ont plus cessé et, aujourd’hui, aucun vin mousseux en France ne fait plus référence à la Champagne. Les autres acteurs s’y retrouvent puisque cette action a donné une identité propre aux autres pétillants. En revanche, c’est à l’international que le travail fut le plus long et le plus difficile. Et peut-être n’est il pas tout à fait terminé. Si certains pays, comme l’Espagne ont supprimé toute référence à la champagne, les Cavas ont désormais gagné leurs propres titres de noblesse, d’autres ont longtemps fait de la résistance : la Russie et les USA.

Pour ce qui est de la Russie, le comité champagne a enfin eu gain de cause en 2011 suite à un accord signé ente le CIVC et l’association des producteurs de vins mousseux de Russie. En conséquence : « Les producteurs de « champanskoe » devront abandonner l’usage de ce mot, traduction littérale de Champagne, au plus tard en 2022″.

Korbel_ChampagneAux USA, en dépit d’un accord entre l’UE et Washington, le problème est loin d’être réglé comme l’a démontré le petit scandale qui entoura le déjeuner d’investiture d’Obama. Au menu, y figurait en dessert une tarte au pomme et du « Korbel Natural, Special Inaugural Cuvée Champagne, California ». Le vin aurait du être estampillé « California Champagne », ce qui signifie littéralement « Champagne de Californie » mais une erreur s’était glissée. Celle-ci est imputable à la loi qui fit suite à l’accord et qui n’est pas rétroactive. Les producteurs américains qui utilisaient le nom champagne avant 2006 peuvent toujours le faire tant qu’ils y accolent le nom de l’État de production. Les producteurs américains conservent donc la faculté d’utiliser le nom « Champagne ».

Dans ce domaine, il reste quelques combats à mener pour la Champagne et ceux-ci s’inscrivent dans une politique de longue date.

Images :

Photo d’une étiquette Korbel By Victorgrigas (Own work)
[CC-BY-SA-3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], via Wikimedia Commons

Sites de référence :

Champagne russe, c’est fini !

CIVC

(Visited 14 times, 1 visits today)

1 commentaire

  1. BERNARD 3 avril 2014 à 10:04

    J’aime bien vos articles, on apprend agreablement des choses interessantes

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *