Cépages et Champagnes

Nous connaissons, bien sûr, les cépages habituels du champagne que sont le Pinot noir, le Pinot meunier et le Chardonnay et qui rentrent dans l’élaboration de la plupart des champagnes que nous consommons. Nous ignorons, cependant, bien souvent qu’il existe d’autres cépages toujours cultivés et utilisés en Champagne : l’Arbane, le Petit meslier, le Pinot blanc et le Pinot gris.

Il y a quelques années de cela, goutant un très vieux champagne à base de Gamay, je me posais alors la question des cépages, commençant par interroger le vigneron qui m’avait servit ce nectar. Il m’expliquait, qu’auparavant, il existait bien plus de trois cépages en Champagne mais que la plupart de ceux-ci avaient disparu. Ainsi, dans l’Aube, le Gamay avait été cultivé jusqu’aux années cinquante.

Ce n’est que très récemment que le « Web Journal de la Champagne », par un article de son N°2, m’a permit de confirmer que le Gamay avait été toléré dans l’Aube, jusqu’en 1952. Dans ce même article, je découvrais également que c’est par une loi du 22 juillet 1927 que le législateur allait répertorier les cépages du champagne. Cette loi, cependant, restait vague. Mais aujourd’hui, le décret du 22 novembre 2010 précise expressément, en annexe, les cépages autorisés : : arbane B, chardonnay B, meunier N, petit meslier B, pinot blanc B, pinot gris G et pinot noir N.

Les trois premiers cépages (Pinot noir, Pinot meunier et Chardonnay) représentent l’immense majorité du vignoble champenois et c’est à partit de ceux-ci que nous élaborons notre gamme.

Champagne DS « Blanc de blancs » : Chardonnay 100%

Champagne DS « Brut » : Chardonnay 50%, Pinot meunier 25% et Pinot noir 25%

Champagne DS « Rosé » : Chardonnay 50%, Pinot meunier 25% et Pinot noir 25%

L’explication réside dans notre volonté d’élaborer nos vins à partir des cépages présents dans nos vignes pour vous garantir une qualité et une typicité spécifique aux Champagnes DS.

Néanmoins, la Champagne, nous l’oublions trop souvent, est un monde de diversité aux multiples talents et les quatre autres cépages restent utilisés pour l’élaboration de plusieurs cuvées par diverses maisons, négociants ou récoltant-manipulants.  Le site du CIVC nous apprend alors que ces quatre autres cépages (Arbane, Petit meslier, Pinot blanc et Pinot gris) ne représentent plus que 0,3% de l’encépagement champenois.  Il faut espérer que ces cépages ne disparaissent pas car ce serait alors une partie de la richesse de notre terroir qui s’évanouirait.

Il ne faut jamais hésiter à se plonger dans les multiples plaisirs que la Champagne peut vous offrir et, lorsque vous en avez l’occasion, écoutez votre curiosité. Si, comme moi, vous avez un jour la chance de rencontrer un vigneron ou un négociant qui vous propose de déguster un vieux champagne, qu’il  soit élaboré en incluant les cépages rares ou à partir des cépages aujourd’hui interdits, dégustez et découvrez un monde que vous ne soupçonnez pas.  Le souvenir sera, de toutes manières, impérissable et vous saurez avec certitude que le champagne est un vin qui n’a rien à envier aux autres appellations.

(Visited 2 times, 1 visits today)